prothèse myoelectrique

Qu’est ce que la prothèse myoélectrique?

 
La prothèse myoélectrique permet de redonner au patient les fonctionnalités essentielles du bras et de l’avant-bras. Elle restaure une autonomie dans la vie quotidienne d’une personne amputée à la suite d’un accident ou d’une malformation congénitale. Sa mise sur le marché est soumise à une commission d’évaluation de la Haute Autorité de Santé.

Comment fonctionne une prothèse myoélectrique ?

Grâce à des électrodes placées au contact de la peau, elle capte les signaux musculaires provenant des contractions volontaires de la personne amputée. Ces signaux parviennent jusqu’au moteur qui est situé dans la main, déclenchant ainsi son ouverture ou sa fermeture. Le patient retrouve alors la fonction de préhension active des objets. Cet appareillage ne nécessite aucune intervention chirurgicale.

La première étape consiste à rechercher l’endroit où le muscle est le plus performant pour mettre la main en action. L’électrode est placée dans cette zone avec un ou deux points de contrôle. L’un sert à ouvrir la main, l’autre à la refermer. S’il n’est pas possible de placer les deux points de contrôle pour des raisons de santé (tissu cicatriciel trop étendu par exemple), l’ouverture de la main et sa fermeture seront commandées par un interrupteur placé sur l’appareillage.

Une rééducation indispensable

Tout appareillage nécessite une période d’entraînement avant d’arriver à une maîtrise totale. Dans un premier temps, le patient va apprendre à contrôler les muscles qui font fonctionner sa prothèse myoélectrique. Il doit être en mesure d’activer ou d’inhiber les signaux de commande qui l’actionnent. Dans un deuxième temps, il va s’exercer à saisir et relâcher toutes sortes d’objets plus ou moins volumineux.

Quand cette étape est franchie, il peut alors commencer un entraînement fonctionnel. Accompagné par un ergothérapeute, il va petit à petit acquérir de la dextérité dans tous les gestes de la vie courante. Cette dernière étape peut demander plus ou moins de temps et varie généralement d’une quinzaine de jours à deux mois.